6 avril 2022

Actualités

Texte « Action » adopté par le congrès académique du SNES Paris le 06 avril

Texte « Action » adopté par le congrès académique du SNES Paris le 06 (...)

Guerre en Ukraine, accueil des réfugié-e-s

La guerre plonge l’Ukraine dans le chaos et le monde dans l’incertitude. Des enfants, des femmes et des hommes meurent dans des combats armés, sous les bombardements, assassinés froidement. Le SNES-FSU Paris condamne l’invasion de l’Ukraine par les armées russes et ses conséquences dramatiques, il soutient la population ukrainienne et les Russes qui se mobilisent pour dénoncer cette agression et s’oppose à toute escalade militaire qui impliquerait directement notre pays. Il soutient l’accueil des réfugié-e-s et la scolarisation des jeunes d’où qu’ils viennent. Cette tragédie est aussi l’occasion de rappeler que les dotations horaires en UPE2A ont été sévèrement diminuées ces dernières années à Paris en répercussion de la baisse de moyens attribués par le ministère à notre académie : l’action de l’académie pour l’Ukraine ne peut se résumer à des photos pour les réseaux sociaux. Le SNES-FSU Paris revendique des moyens accrus et pérennes pour les UPE2A parisiennes, pour la scolarisation des jeunes Ukrainien-e-s mais aussi pour tou-te-s les élèves non-francophones, d’où qu’ils ou elles viennent, à rebours de la politique académique et nationale actuelle. Il continuera à appuyer les demandes des collègues d’UPE2A.

Élections présidentielles

Les attaques autour du rôle et des missions de la Fonction publique, mais aussi du statut de fonctionnaire, et surtout enseignant-e, sont de nouveau importantes dans cette campagne. Oublié notre rôle essentiel durant la crise sanitaire ? Le SNES-FSU n’oublie pas les politiques régressives d’austérité budgétaire qui ont conduit l’ensemble des services publics et notamment l’hôpital et l’éducation à fonctionner à flux tendu et de manière dégradée.
Le quinquennat du président Macron a été marqué par des régressions majeures pour l’Education nationale , pour la profession et pour la Fonction publique. Lors de la présentation de son programme, le candidat Macron n’a pas hésité à insulter les enseignants, en propageant les pires clichés sur les personnels de l’Éducation nationale tout en annonçant des attaques encore plus régressives contre les personnels de l’Education et tous les salariés.
Le SNES et la FSU ont œuvré à faire des questions éducatives, sociales et environnementales des thèmes majeurs de la campagne : journées d’action, appels et manifeste, interview des responsables éducation des candidats (sauf ceux de l’extrême droite), stages… et pour lutter contre les idées de l’extrême droite qui progressent, avec le soutien actif de certains médias. Le risque est pourtant plus grand que jamais de la voir arriver au pouvoir. Nous ne sommes pas dupes de la stratégie politique du candidat président qui vise à apparaître comme un rempart à l’extrême droite alors même que la politique libérale menée pendant le quinquennat a participé à renforcer cette dernière en ne s’attaquant pas aux inégalités et même en les creusant davantage. Le SNES FSU Paris alerte sur le danger mortel que représente l’extrême droite, parce que le danger pour les libertés, les droits, la laïcité, le progrès social, l’éducation et pour toutes les personnes issues de l’immigration sont trop grands. Le SNES FSU Paris appelle donc à aller voter massivement au 1er tour de l’élection présidentielle le 10 avril 2022, pour que le monde du travail que nous représentons se fasse entendre. Pas une voix ne doit se porter pour l’extrême droite. Le SNES-FSU Paris relaiera le matériel et les campagnes fédérales pour lutter contre les idées d’extrême droite et participera à toute mobilisation nécessaire.

Crise écologique

Le 3è volet du 6è rapport des experts du GIEC a été publié ce lundi 4 avril et présente des pistes pour freiner la crise écologique et ses conséquences, en déclinant les possibilités par grands secteurs. C’est maintenant et massivement qu’il faut engager la transition de nos sociétés. Cela passe notamment par une autre répartition des richesses, des modèles de production et d’échanges guidés avant tout par des impératifs sociaux et écologiques, aussi bien au niveau national qu’au niveau mondial. Cela passe également par l’arrêt du démantèlement des services publics au profit de la privatisation des missions publiques, l’arrêt de la fermeture ou du regroupement des services publics de proximités implantés sur le territoire national. Le SNES et la FSU, membres du collectif « Plus jamais ça ! » ont pris leur part dans les marches et les grèves pour le climat. Le SNES-FSU Paris soutient la marche pour le futur du samedi 9 avril pour y porter nos exigences d’une société plus juste, écologique, solidaire et démocratique.

Covid - Situation sanitaire

Les taux d’incidence et le nombre de malades atteints par la Covid sont à nouveau en hausse et nous rappellent que la crise sanitaire n’est malheureusement pas encore derrière nous. L’allègement des protocoles à l’école et du port du masque participent sans doute à cette recrudescence, et n’est en réalité qu’un affichage politique à quelques semaines des présidentielles. Le SNES-FSU Paris continuera d’exiger la protection par l’Académie de ses personnels et des élèves : ASA pour les personnels vulnérables, réassort en masques et en autotests, équipement en capteurs CO2 et en aérateurs, reconnaissance de la Covid comme une maladie professionnelle, abondement de moyens humains, notamment de personnels remplaçants et de vie scolaire. Il réclame toujours un plan d’urgence pour l’éducation.
La situation sanitaire et épidémique se double d’une aggravation de la santé psychologique de nombreux adolescent.e.s liée aussi à parcoursup et à l’évaluation permanente. Il est urgent que ce problème soit publiquement évalué par l’institution et que les moyens humains nécessaires (médecins scolaires, infirmièr.es, psyEN) soient attribués aux établissements.

Droits des Femmes

Le SNES FSU Paris est à l’offensive pour défendre les droits des femmes : soutien de collectifs, nomination d’une référente VSS en CHS-CTA, interventions et propositions dans les différentes instances académiques pour rappeler les inégalités, notamment salariales, et lutter contre.

Le SNES FSU Paris continuera par son action dans un cadre le plus unitaire possible, à dénoncer les politiques qui visent à toujours plus attaquer notre modèle social et notre Fonction publique. Dans l’éducation, il lutte contre les réformes qui ont dégradé nos conditions de travail, les conditions d’études des élèves et aggravé les inégalités sociales et de genre. Une grève éducation doit être rapidement organisée, autour de la question salariale et du refus de revalorisations individuelles soumises à contreparties alors que l’ensemble de la profession a subi un déclassement salarial, accentué par l’inflation. Le renvoi à l’été de la hausse de la valeur du point d’indice, gelé depuis trop longtemps, est inadmissible. La question de l’attractivité de nos métiers doit être posée, alors même que la réforme des concours va faire subir une nouvelle dégradation des conditions d’entrée dans le métier pour la plupart des stagiaires dès la rentrée prochaine. Il porte la demande d’engager les discussions avec les autres organisations syndicales pour organiser dès le retour des vacances de printemps, une action de grève sur les salaires et les retraites.
Le SNES-FSU Paris a appelé à la journée d’action des AESH ce mardi et réitère l’urgence d’une revalorisation digne, de la création d’un statut de catégorie B, et de l’arrêt des PIAL qui ont encore dégradé les conditions de travail des AESH.
Le SNES-FSU Paris appelle d’ores et déjà à défiler massivement le 1er mai, notamment pour revendiquer une revalorisation générale et immédiate des salaires, pensions et une amélioration des conditions de travail de nos professions majoritairement féminisées.

Vote du Texte

Pour : 74 / Contre : 0 / Abstention : 0 / NPPV : 0